La polémique fait rage ; y aura t’il, non pas de la dinde, mais un sapin à Noël ?

Pour le parvis de Notre Dame à  Paris, c’est plié ; c’est non.

Ailleurs c’est laissé à la discrétion des maires et autres têtes pensantes de notre démocratie en déconfiture.

En ce qui me concerne il y aura, et il y a déjà, d’ailleurs, un sapin dans ma salle d’attente et plein de déco à la noix sur mes fenêtres. Ce n’est pas l’antre du père Noël mais ça y ressemble.

Je suis catholique, à peine pratiquante, mais je tiens à mes traditions, fussent-elles dévoyées par coca-cola et héritées de je ne sais quelle foutue fête Egyptienne en rapport avec le solstice d’hiver.

 

Il y a bien une ou deux cul pincée qui a eu des velléités de mettre son grain de sel en me rappelant que « la laïcité  et toussa et toussa… ». J’ai répondu que je considérais mon cabinet comme un lieu privé et donc sous le coup de MA loi. J’ai fait remarquer que je ne les avais jamais vu pincer les lèvres devant les mères de mes petits patients voilées et que pourtant c’était pareil ; la laïcité et toussa et toussa. Chez moi, il n’y a pas deux poids deux mesures ; le voile cohabite avec le sapin. Même si je préfèrerai quand même me passer du premier. Mais je fais avec.

Quand elles vont chez leur « énergéticienne » ou autre pro bizarre qui leur fait du bien (moi aussi d’ailleurs, j’y vais), elles ne râlent pas contre les statues de Bouddha, Ganesh et autres qui ornent souvent ce genre de cabinets. Sans parler de l’odeur d’encens… D’ailleurs, comme j’ai du mal à supporter, j’ai demandé à mon kinésio pourquoi ça puait comme ça chez lui. Il m’a répondu que l’encens servait à nettoyer les mauvaises énergies. C’est un genre de Mr Propre, quoi. Faudrait que j’essaye…