Orthophonie. Desperate orthophoniste.

28 juillet 2015

Vacances !!!

Voià, c'est fini. Cabinet fermé, valises faites, passeport en règle...Mari chéri dans les starting blocks. 

Je pars me ressourcer avec dans la tête toutes les bonnes résolutions pour la rentrée 2015/2016. Le planning est fait, c'est bouclé. Je passe de 65 rendez vous à 50. Triés sur le volet. J'ai vraiment envie d'autre chose pour la période à venir. Plus de calme, de douceur, moins de stress. Il y a encore quatre ou cinq ans quand j'entendais parler du burn out des soignants ça me faisait marrer. Je trouvais tout ça presque exagéré. Cette année j'ai failli péter un cable et j'ai compris. J'ai réussi à me raccrocher aux branches et à tenir coute que coute mais ça m'a servi de leçon.

Les patients vont devoir un jour ou l'autre se rendre compte qu'à trop tirer sur la corde elle finit par casser. Cette année, au fil de mes discussions avec mon médecin, mon dentite, mes voisines infirmières, kiné, mes copines ortho et autres pro de santé, je me suis aperçue que tout le monde saturait de plus en plus; les incivilités, les insultes, les exigences... Il y a un gros raz le bol et tout le monde va en faire les frais un jour ou l'autre. De plus en plus de professionnels font le tri. La demande étant largement supérieure à l'offre, ce n'est pas difficile.

Un jour, certains d'entre vous ne trouveront plus personne pour les prendre en charge et le pire c'est qu'ils ne comprendront pas pourquoi. En attendant;

sauve qui peut !!!

Résultat de recherche d'images pour "avion"

Posté par Orthophoniste à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juillet 2015

Vous avez dit "cabinet" d'orthophonie ?

Porte des toilettes ouvertes, lumière allumée, gros caca dans la cuvette.

Le coupable est dans la salle d’attente avec sa mère puisque c’est le patient suivant ; Toto 8 ans.

« Dis donc Toto, viens voir un peu ici ! »

Il arrive suivi de sa mère qui continue en même temps à aligner les bonbons de candy crush sur son portable et ne lève pas les yeux.

« C’était comment ici avant que tu y ailles ? »

« …… ???...... ?????...... »

« Que faudrait-il faire pour que ce soit comme avant ? »

Toto, mutique, ferme la porte.

« Bravo Toto, mais il manque encore deux choses »

« …… ????........ ?????........ »

La mère ne bronche pas, elle s’en fout, ne voit pas le problème apparemment.

Moi je commence à perdre mon calme d’autant que là j’ai comme une envie de faire pipi et que je souhaiterai le faire dans un endroit un minimum accueillant ; « ce GROS caca là !!!, c’est à qui ? »

Et l’autre fier comme tout, avec une bonne tête de ravi de la crèche ; « à moi !!! »

Et l’ortho psycho rigide de se lancer dans une explication des familles ; on tire la chasse, on éteint la lumière et on ferme la porte , MERCI. Non mais !!!!

Je sais pas pour vos mômes, mais les miens ils avaient horreur d’aller aux toilettes à l’école. Quand on arrivait à la maison le soir c’était la bagarre pour les petits coins. Mes patients c’est pareil, ceux qui arrivent après l’école se jettent aux toilettes. Et c’est à peu près le même scénario pour tous ; ils laissent leur œuvre bien en évidence, n’éteignent pas, se lavent les mains en en mettant partout….

Je n’ai pas fait de statistiques mais mathématiquement ça fait un sacré tas de caca à l’année. Sauf que cette année ça va changer ; la guerre est déclarée.

Et ce n’est pas parce qu’il y a écrit CABINET d’orthophonie en gros sur la porte d’entrée qu’on peut tout se permettre !!!

 

Posté par Orthophoniste à 17:55 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 juin 2015

Déniché lors d'une promenade...

http://www.papalion.fr/2014/12/27/lorthophoniste-blog-de-papa-lion/

C'est vraiment le grand amour entre les orthos et les enseignants.....

M'étonnerait quand même que la rééducation se limitait à Tchou tchou...

Posté par Orthophoniste à 14:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 juin 2015

Gros raz le bol

Dernier bilan en date ; une horreur. Un petit loulou adorable affublé d’une mère épouvantable. Controlante, contestant tout. Elle vient de sa propre initiative parce que son enfant a un retard de parole et langage que le bilan a confirmé. Elle a remis en cause absolument tout ; le protocole, ma façon de le faire passer, les résultats de son enfant. Bref elle m’a bien pourri trois séances.

Restitution hier ; j’explique, je donne le compte rendu et lui dit que je ne peux prendre la rééducation en charge. Pour cela il faudra qu’elle trouve une autre orthophoniste. En fait je lui ai bien expliqué que je ne VOULAIS pas d’elle dans mon cabinet. Bien entendu, vu le caractère de la mégère, elle n’a pas apprécié. Elle va porter plainte au conseil de l’ordre (je me marre) à la gendarmerie (je m’en fous)…… Bref elle va remuer ciel et terre pour continuer à me pourrir l’existence et ça ne fait ni chaud ni froid.

Ce matin ; un deuxième qui gicle. Trois absences non décommandées, revient la gueule enfarinée, zéro excuses. Je demande quand même une petite explication et rappelle les règles de savoir vivre. Monsieur le prend de haut. Je lui demande sa carte vitale et tout en la passant dans le lecteur lui explique que ce sera la dernière de son fils.  Il a gueulé. Je m’en tape.

L’obligation de soins ; c’est une question qui revient souvent entre professionnels de santé. Certains pensent que légalement on n’a pas le droit de refuser un patient. A vrai dire je n’en sais rien, mais je constate, dans ma quête d’un généraliste, que chacun fait ce qu’il veut. Les journées et les semaines ne sont pas extensibles et je ne vois pas bien qui va nous obliger à prendre en charge tout ce qui se présente. Alors je fais ce que je veux.

J’en ai terminé avec le syndrome de Zorro. Je ne sauverai pas la terre entière et aujourd’hui c’est plutôt de sauver ma peau à moi qu’il s’agit.

Jusqu’à ces derniers mois, j’avais une patientèle relativement sympa, régulière, qui ne posait pas trop de problèmes. Je pense que je le lui rendais bien en mettant en place l’obligation de moyens à laquelle je suis soumise. Bref ; ils faisaient leur taf de patients, je faisais le mien d’orthophoniste.

 Les patients arrivés dernièrement ne sont pas du même tonneau. J’ai vu débarquer une masse d’individus pénibles, ne respectant pas les horaires, manquant un rendez- vous sur deux sans prévenir, n’ayant jamais la carte vitale …. Dans mon bled la situation sociale se dégrade et cela devient insupportable. Le gruyère du mois de Mai n’a rien arrangé, en démobilisant tout le monde.

Alors, j’ai pris une grande décision. Marre du stress, de la fatigue, de l’irrespect, d’être corvéable à merci et méprisée la moitié du temps…. Je passe de 65 à 45 rendez-vous/semaine dès Septembre, en attendant je ferme le 14 Juillet pour un mois et demi. A la rentrée, je me lance dans le tri sélectif.

Moins de stress, moins de charges sociales à payer et du temps pour apprendre à faire autre chose.

 

Posté par Orthophoniste à 14:49 - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 juin 2015

Le sacro saint bilan orthophonique

 

Franchement, on a vraiment l’impression que ce truc c’est le Saint Graal. La timbale qu’il fut absolument décrocher. Tout le monde se bat pour l’avoir et tout le monde s’improvise prescripteur.

-La maitresse ; « elle a demandé un bilan récent », « elle veut un bilan d’évolution »….

-L’inspection académique qui ose t’envoyer un mail en te disant comment tu dois faire tes bilans et qui cherche même à t’imposer un protocole.

-La MDPH ; « elle veut un bilan récent, celui de l’année dernière ça ne va pas »

-La toubib scolaire ; pareil

Et j’en passe.

Bien entendu, tous les braves gens sus cités n’ont pas prescrit ce fameux bilan et ne sont même pas habilités à le faire (à part le médecin scolaire, qui délègue le plus souvent cette tâche au généraliste)

Là j’arrive à saturation. Je n’en peux plus de ces demandes incessantes et j’en ai plus qu’assez de devoir me justifier. En ce qui concerne la MDPH, j’ai mis la main sur un texte qui précise bien que l’on doit fournir le dernier bilan, pas un bilan de moins d’un an, ça, ce n’est écrit nulle part. Maintenant je rajoute un petit bout de la nomenclature à la fin de tous mes comptes rendus qui précise la fréquence des dits bilans. Plus une petite note de mon cru sur l’effet re test que le trop de bilans engendre.

J’en suis arrivée à un stade où je vais demander si l’enfant est pris en charge par la MDPH avant d’accepter le patient. Comme les toubibs qui ne veulent pas des CMU.

Pour l’instit, franchement, le sujet a déjà été évoqué maintes et maintes fois, mais pas grave, elles insistent, les bougresses.

Pourquoi je bosse en libéral, déjà ? Pour avoir mon indépendance, pour pouvoir gérer ma pratique comme je l’entends, pour ne pas recevoir d’ordre d’enquiquineurs …… Enfin ça, c’était avant.

Maintenant nous sommes des prestataires de services, des supermarchés du bilan orthophonique. Et j’en ai marre.

Ce sentiment partagé par tout le monde que les orthophonistes sont corvéables à merci est malheureusement entretenu par certaines consœurs qui « fricotent » allègrement avec les écoles. C’est comme ça qu’on en arrive à ces situations où les instits font la pluie et le beau temps dans nos cabinets, se permettent de recommander sans aucune gêne tel ou tel professionnel, ce qu’ils n’oseraient pas faire avec un généraliste ou même un kiné. J’ai des amies qui sont black-listées par certaines écoles au détriment de consœurs qui ne sont pas meilleures qu’elles, mais plus «souples », plus dociles, plus conciliantes et moins regardantes avec le secret professionnel et l’aspect confidentiel du bilan….

Posté par Orthophoniste à 19:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]



13 janvier 2015

Sale temps pour la planète.

Je n'ai jamais acheté Charlie Hebdo et encore moins son ancètre Hara Kiri. Cependant je condamne bien sur fermement les actes odieux perpétrés. 

Je n'ai rien contre les juifs, les arabes, les flics et les caricaturistes. J'aime pas les instits, ce n'est un secret pour personne et depuis la semaine dernière je peux rajouter dans ce sac un bon paquet de journalistes. Mais rassurez vous je n'ai pas d'intentions meurtrières.

La semaine dernière il y en a un à la maison qui n'a pas réussi à se déscotcher de la télé. Heureusement que j'étais au cabinet la majeure partie du temps, je n'ai donc pas entendu toutes les inepties proférées par tous ces gens importants qui se relayaient sur  BMF et iTélé, mais quand je rentrais le soir je n'y échappais pas. En cas de catastrophe aérienne on a l'inévitable Gérard Feldzer, avec sa tête de plumeau et son petit schlintement (encore un qui avait une mauvaise orthophoniste), mais c'est lassant. Toujours le même, un seul expert, pfffff, c'est d'un ennui mortel.

Là, pour le coup, on avait un pannel plutôt élargi. Imams, Rabbins, anciens du GIGN, du RAID (j'ai un faible pour Amaury de Hautecloque, trop mignon...), anciens des sevices secrets, anciens ministres.... le bal des has-been en somme. Et puis surtout il y avait les images. Ah les images !!!!

Images du meutre de ce malheureux policier passées en boucle, tentatives (souvent réussies) pour arracher un maximum de larmes aux proches des victimes et j'en passe. Dans ce rôle la palme du meilleur arracheur de sanglots revient à Pujadas et celle du meilleur client à Pelloux qui a ravi la France entière en passant d'un plateau à l'autre, infatigable. En deuxième position Jeanette Bougrab n'était pas mal non plus.

On témoigne de l'horreur à tout va, on s'en repait, on en fait des tonnes, on fait peur à tout le monde, on raconte le sang, si on peut on le montre (pourquoi se priver, hein?) on tente de nous faire faire les pires cauchemars pour ensuite nous dire de garder notre sang froid, de ne pas avoir peur, de ne pas céder à tout un tas de sentiments négatifs.

J'adore vraiment ce pays, ses journalistes et ses dirigeants qui ne sont pas à une contradiction près.

Je condamne la barbarie qui a fait 17 victimes la semaine dernière. Je n'ai pas peur malgré toutes les tentatives des médias pour provoquer ce sentiment. Mais je suis inquiète. Inquiète car mes enfants qui démarrent leurs vies de jeunes adultes n'ont pas le droit à la sérénité, inquiète parceque nos politiques ne sont absolument pas à la hauteur et ne me paraissent pas capables d'apporter des solutions.

Ce weekend j'ai un ami qui m'a dit "c'est trop tard". J'ai bien peur qu'il ne soit dans le vrai.

Posté par Orthophoniste à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2014

Je les adore…

Les instits vraiment, je les adore. Cette année j’ai eu deux enfants de couples d’enseignants  car, comme vous le savez, ils se marient souvent entre eux. Mais pas de soucis, sur le plan génétique normalement, ça ne pose pas de problèmes, encore que…..

A chaque fois que j’ai eu des mômes d’instit ça a été rock,n roll. Dans l’ensemble, ils amènent l’enfant mais ce sont eux qui décident s’il y a ou non besoin de prise en charge. Souvent ce sont eux aussi qui décident de la fréquence des séances et de la fin de la prise en charge ; « bon ben là ça va, on arrête ». Ils sont tellement contrôlants qu’il est difficile de se positionner en face.

Dernièrement j’ai eu droit à tout ; corrigé au stylo rouge de mon compte rendu de bilan (pas de fautes d’orthographe, heureusement je n’en fais pas), ces chers parents n’étant pas toujours d’accord avec mes conclusions, trouvant qu’il manquait une précision par ci, un détail par là... Pourtant ils avaient assisté au bilan, y’en a même un qui a pris des notes tout le long. A la fin j’avais bien pris soin lors de la restitution de vérifier que nous étions d’accord, je sais combien ils sont chatouilleux et je prends des précautions avant de rédiger. Et même avec  ces gardes fous  ça n’allait pas.

 A chaque séance j’avais droit au couplet ; « il ne fait pas de progrès, je ne vois pas de changement ».  Au bout de cinq séances ils sont devenus pénibles, au bout de dix carrément chiants, au bout de quinze (aujourd’hui) je les ai virés.

J’avais prévenu la semaine dernière ; « on arrête la semaine prochaine, au moment des vacances  et vous rappellerez à la rentrée quand je n’aurai  plus de place ». Je travaille en Juillet mais j’ai envie d’un mois serein, sans ces pénibles sur le dos. Dommage parce que les gamins sont vraiment choupinets.  Mais ma patience a des limites.

Que croyez-vous qu’il s’est passé ; ces braves gens si rigoureux, si à cheval sur la forme, le fond et toussa toussa se sont pointés sans chéquier et sans carte vitale.

Leur peine mérite salaire, pas la mienne, apparemment.

L’an prochain, chez votre ortho préférée les prises de rendez-vous ça va donner ça ;

-          Allo Madame l’orthophoniste c’est pour un rendez-vous pour mon fils, ma fille, mon poisson rouge, mon canari….. (rayez la mention inutile).

-          Oui, bien sur, mais avant toute chose pouvez-vous me donner votre profession.

-          Instituteur.

-          Bip bip bip bip……. (zut on a été coupé)

Il m’en reste une encore ; la maman est maîtresse E, le papa maître G. Là, il y aurait un roman à écrire…. Mais pas moyen de les gicler en Juillet, ils s’accrochent les bougres !!

Sainte patronne des orthophonistes (c’est qui au fait ?) priez pour moi.

Posté par Orthophoniste à 10:31 - Commentaires [18] - Permalien [#]

Ortho magazine.

« La revue de tou(te)s les orthophonistes
Ortho magazine est une revue professionnelle qui s'adresse à tou(te)s les orthophonistes, en formation ou en exercice : cabinet, hôpital, ou institution.

Le reflet de la diversité des pratiques orthophoniques
Ortho magazine se situe à la croisée de la médecine, de la psychologie et de la pédagogie, et couvre tout le champ de l'orthophonie. Cette revue indépendante est ouverte à tous les courants de pensée et à toutes les pratiques orthophoniques.

Une revue de référence
Ortho magazine est ouvert aux savoirs confirmés, comme aux démarches en devenir. Grâce à la curiosité et au dynamisme d'un Comité de rédaction composé de professionnels d'horizons divers, la revue est le creuset d'une réflexion professionnelle de qualité.

Un outil d'information et de formation continue
Ortho magazine s'appuie sur des expériences de terrain et privilégie la rencontre et l'échange, sans se départir de la rigueur éditoriale qu'exerce le Comité de rédaction.Ortho magazine suit également au plus près l'actualité socio-professionnelle et scientifique nécessaire à l'information des orthophonistes. »

Je lis ça et je me dis que je vais m’abonner pour changer un peu, voir autre chose, ouvrir mon horizon. Je reçois donc cette semaine mon premier exemplaire. Déjà ça commence mal. Le numéro de Mai-Juin qui arrive le 15 Juillet….. Bon on ne va pas chipoter, il est là, c’est l’essentiel.

Hier soir je décide, pleine de bonne volonté, de ne pas me vider la tête devant n’importe qu’elle daube à la télé, comme j’ai tendance à la faire depuis  quinze jours.

Je vais lire mon « ortho magazine ».

Je commence par le sommaire du dossier du mois page 15. Et là, surprise ; tous les articles sont écrits par une seule et même personne. Bon, peut-être est-elle la seule à maitriser le sujet du dossier. Au bout d’un moment, un peu sceptique quand même, je m’en vais taper quelques mots clés sur  «  gogle » et là je découvre sur divers sites, pratiquement mot pour mot les articles publiés. C’est particulièrement flagrant pour ce qui concerne le site du SNUIPP qu’un article reprend au mot près.

Bien. J’ai payé combien déjà pour l’abonnement ? Autour de 90€ ?

Aïe Aïe Aïe…… ça fait mal.

 

 

 

Posté par Orthophoniste à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2014

Encore une arnaque.

Ce n'est pas toujours un avantage d'avoir son numéro dans les pages jaunes, mais professionnellement j'estime que c'est malheureusement nécessaire.

Je suis sur une liste orange, qui normalement interdit le démarchage téléphonique, mais visiblement ça n'arrête pas les arnaqueurs. Depuis quelques temps, je suis ennuyée à peu près une fois par semaine par une société qui se fait passer pour Orange et qui me propose des réductions sur ma facture. Plusieurs choses mettent la puce à l'oreille. A commencer par l'accent et le niveau de Français de la personne qui appelle; on sent tout de suite que celà vient d'une plate forme délocalisée. Puis la personne vous demande si vous avez internet (on ne bénéficie de la réduction que si on n'a pas internet) et combien vous payez par mois. La première fois j'ai répondu que si cet appel venait bien d'Orange je n'avais pas besoin de répondre, il suffisait de regarder mon dossier. L'interlocuteur noie le poisson en répondant qu'il fait partie d'un service à part et n'a pas les infos. Je refuse de répondre et je me fais copieusement insulter et raccrocher au nez. En fait renseignements pris, on ne s'adresse qu'à ceux qui n'ont pas internet  pour une raison simple; il y a de grandes chances que ce soit des personnes âgées, donc plus vulnérables, plus faciles à arnaquer.

La semaine suivante nouvel appel; j'envoie ballader. Raz le bol.

Mais les appels se multiplient. Cette société appelle avec un numéro en 09, ce qui à priori inspire confiance, contrairement à un numéro masqué. Leur but est de vous soutirer vos coordonnées bancaires. J'ai voulu savoir qui se cachait derrière mais difficile de savoir tant qu'on n'a pas donné son RIB.

Enfin, hier, je suis tombée sur une moins futée que les autres. Cette société s'appelle EUROPHONE. Je n'ai pas réussi à savoir clairement ce qu'elle proposait.

Méfiance donc si on vous propose de réduire votre facture Orange.

Posté par Orthophoniste à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2014

Dommage............

Bon, ben c'est raté.

A moins d'une révolution on va se la cogner jusqu'en 2017 la Marisol.

 

Posté par Orthophoniste à 11:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]